Forum destiné à la publication de poèmes, afin de partager ensemble l'art poétique.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Attention : les textes publiés appartiennent à leurs auteurs, ils sont protégés par le droit d'auteur

Partagez | 
 

 vitrine et présentoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
broc-art
Petit poète
Petit poète


Nombre de messages : 3
Age : 60
Date d'inscription : 08/05/2012

MessageSujet: vitrine et présentoir   Mar 8 Mai - 12:18

(Les mots d’où), d’ici, d’ailleurs, de l’âme ou du cœur. Ces fameuses métaphores, dont l’une seraient un mythe, l’autre un compte à rebours; une loterie pour lendemain.
La croix du pécheur, la névrose du prêcheur et le béat incrédule, béatifiable, « frousseux » d’une fin irrévocable.
C’est bien par là que je me démène, contradictoire dans mon humaine vérité. Blanc, noir, mal ou bien. Les jeux se frayent un passage vers l’horrible destinée ; L’existence de la faucheuse.
En l’attendant, je griffonne des phrases, des ambrions d’idées, puzzles stériles mais indispensable à cette maladie d’écrivaillon.
Acerbe, vindicatif et inutile. J’attends, comme tous, ce flot de congénère, l’inéluctable rendez-vous. Le dernier grain du sablier qui tombera comme un s.m.s importun.
La vie se traverse dans une délétère ignorance, ou seule la jouissance aurait encore du sens commun.
L’homme ne voit que par son reflet, même dans son altruisme travaillé, il ne cherche que son plaisir. S’oublier, c’est oublier de vivre. Rendons nous à d’évidentes saletés, on aime que pour nourrir son insatiable ego, et à l’heure de la mort, de cette ultime minute, on plantera quand même nos ongles dans la dernière main tendue, dernier sursaut d‘égoïsme pathologique. Partir oui, mais pas seul. Et soyons honnêtes, personne ne prend le billet de l’autre, sauf en peur d’extrême souffrance, une mère pour son enfant par exemple. Encore faut il qu’il soit très jeune, d’un amour tout neuf, sans ces petites taches de lassitudes hypocritement dissimulées derrière des rappels d’amour. En somme la phrase la plus humaine qui soit c’est bien : Mais que deviendrais je sans toi, (vous), (eux).

J’aime l’humain dans ce qu’il a de naturellement pervers. En ermite, en héros, en mécréant ou en saint homme, l’homme échange, pour la grâce d’un dieu, d’un congénère ou d’une rémunération. Il partage ? Balivernes.
Il monnaye; Un paradis terrestre pour les plus pressés, un paradis spirituel pour les plus craintifs.
A suivre : Pleur
BROC-ART
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mymajorcompany.com/artiste/nohcip
 
vitrine et présentoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vitrine et présentoir
» VITRINE BRETONNE DE FIN D ANNEE
» Présentoir BO
» présentoir dans les magasins de vetements dans les années 1900
» Conseil pour une vitrine (Type de boîte etc...)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poésie en ligne :: Histoires-
Sauter vers: