Forum destiné à la publication de poèmes, afin de partager ensemble l'art poétique.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Attention : les textes publiés appartiennent à leurs auteurs, ils sont protégés par le droit d'auteur

Partagez | 
 

 Amazonia (chap 1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
arkos
Petit poète
Petit poète


Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Amazonia (chap 1)   Sam 19 Mai - 20:36

03 mars 3333


La navette cosmique poursuit son voyage dans l’espace sidéral et dans moins de deux jours maintenant, elle se posera sur la Terre. Elle a quitté la galaxie Altarex depuis une semaine et bientôt ses passagers pourront savourer de merveilleuses vacances sur l’antique planète, seul astre rescapé du système solaire, les Terriens ayant éliminé les autres planètes.

A son bord, une jeune femme paraît très agitée, perturbée sans doute par ce voyage trop long à son goût. Elle quitte son siège et vient s’asseoir aux côtés d’un jeune homme très séduisant :
- Puis-je m’asseoir près de vous ?
- Avec plaisir mais vous semblez très énervée, auriez-vous le mal de l’espace ?
- Pas du tout, je suis moi-même pilote de vaisseaux intersidéraux
- Vous préféreriez alors être aux commandes de notre navette plutôt que de vous ennuyer, sagement assise dans ces sièges trop confortables ?
- C’est un peu ça mais il y a autre chose qui me tracasse
- Racontez-moi tout cela tranquillement, il y a des moments où nous avons besoin de nous confier. J’ai l’habitude car je suis psychiatre et je vais d’ailleurs sur Terre pour participer à un congrès interplanétaire en la matière.
- A Paris ?
- Non à New York
- Je ne suis pas malade mais ce que j’ai à vous dire risque de vous faire penser que je le suis.
- Vous savez, j’en ai tellement entendu en dix ans d’analyses que rien ne peut vraiment me dérouter
- Vous semblez jeune pourtant ?
- Je viens de fêter mes 33 ans
- Marié ?
- Oui, et père de deux ravissantes petites filles
- Quelle chance?
- Pourquoi serait-il question de chance que d’avoir progéniture mais si nous en venions à votre histoire ?
- Justement, mon problème majeur est de procréer une fille et j’aurais besoin d’un géniteur, seriez-vous d’accord pour vous unir à moi ?
- Serait-ce une plaisanterie ?
- Pas du tout, j’ai expressément besoin d’enfanter d’une jeune fille mais je refuse catégoriquement un mari, telle est notre coutume.
- Mais de quelle coutume parlez-vous donc ?
- En fait, j’appartiens à la lignée des Amazones et à la mort de ma mère, elle m’a bien expliqué que je devais perpétuer notre race en donnant naissance uniquement à une fille.
- Mais les Amazones ont disparues depuis plus de 5000 ans !
- Pas toutes car notre histoire précise que trois d’entre elles ont su échapper au massacre ultime. Ce jour-là, Apollon et Artémis les ont sauvé et leur ont confié comme mission de préserver cette race sacrée de femmes-guerrières. Ce contrat de sauvegarde précisait que chacune de ces trois Amazones devait mettre au monde une femme qui elle-même donnerait naissance à une seule fille et ainsi de suite jusqu’à la reconstitution de notre communauté.
- C’est insensé, comment voulez-vous que de telles lignées puissent survivre, la chaîne s’est rompue depuis longtemps ?
- Alors, comment expliquez-vous ma présence dans cet univers ?
- Vous n’êtes qu’une mythomane, voilà tout
- Regardez ce signe qui m’est gravé sur l’omoplate gauche
- Un arc et deux flèches entrecroisés, un simple tatouage
- Regardez plus longuement, plus profondément car ces attributs sont ceux d’Apollon et d’Artémis.
- En effet, une main miniaturisée vient de se saisir de l’arc pour y positionner une flèche ; ce n’est qu’un simple tour de magie.
- Pas du tout, il s’agit d’un signe divin d’Apollon et de sa sœur, la déesse sauvage de la chasse qui matérialisent leur présence par ce petit jeu très enfantin.
- Cessons ces sortilèges et revenons à votre proposition, comment voudriez-vous que j’accepte de faire l’amour avec vous alors que je suis marié ?
- Il ne s’agit pas de faire l’amour avec moi mais de participer à notre rite de reproduction. Encore heureux si je vous laisse la vie sauve après l’acte consommé car autrefois, notre coutume exigeait que nous exécutions notre géniteur.
- Et si vous mettez au monde un garçon ?
- Je m’en débarrasserais
- comment?
- Autrefois, au temps de notre somptueuse communauté, nous rendions l’enfant à son père lorsque nous l’avions épargné. En ce qui me concerne, si telle chose m’arrive, je serais obligé de le tuer.
- Rien que par curiosité, j’aimerais bien participer à ce petit jeu
- Je vous rappelle que vous n’entendrez plus parler de moi si vous acceptez l’union. Si jamais vous essayez de me suivre, je serais dans l’obligation de vous éliminer
- Charmant programme, j’ai l’impression de jouer dans un film policier ou d’espionnage.
- En attendant, je vous attends ce soir dans ma cabine
- A quel numéro ?
- Le 33
- Facile à se rappeler pour un médecin : dites 33 ah ! ah ! ah

Laissant le psychiatre à son euphorie débordante, Penthésilée quitte son siège, ravie d’avoir rencontré un tel incrédule. Elle s’est bien gardée de lui parler de ces expériences passées où elle a déjà éliminé cinq bambins nouveau-nés. Elle espère enfin que cette sixième tentative lui apportera cette fille tant désirée et nécessaire à la survie de sa lignée. Regagnant sa cabine, elle décide de prendre un bain en pensant intimement à sa déesse protectrice Artémis.
Penthésilée porte le nom de l'une des plus anciennes reines des Amazones, celle qui à périe à Troie sous le glaive du héros grec Achille. Elle est d’une beauté sauvage, extravagante même, tellement provocante que le psychiatre n’a pu résister à ses charmes.
Tandis qu’elle se savonne tranquillement le corps, ses pensées partent à la dérive. Qu’en est-il des deux autres lignées amazoniennes ? Ont-elles survécues au temps ou est-elle la dernière Amazone universelle ? Comment se fait-il qu’elle habite la planète Altarex, astre perdu dans une galaxie quasiment oubliée des Terriens. La Terre est devenue la planète la plus puissante de l’univers, ses yeux sont partout, ses colonies sidérales sont innombrables, ses technologies sont redoutables, son contrôle est impitoyable. Plus aucune civilisation n’essaie de lutter contre les Terriens désormais unis et qui ont su mettre à genoux toutes les planètes peuplées découvertes lors de ces mille dernières années.
Depuis la mort de sa mère, Penthésilée est attirée par la Terre où sa véritable histoire a commencé. Elle ne peut s’empêcher de penser à l’extermination de sa race et de l’hécatombe de toutes ses ancêtres. Comment pourrait-elle se venger si elle est la seule rescapée de cet intolérable génocide ? Elle s’est accordée plusieurs semaines de congés afin d’essayer de retrouver quelques traces des deux autres lignées. Depuis qu’elle est devenue pilote intergalactique, elle a sillonné la quasi totalité de l’espace connu sans aucun indice concernant ces lignées incertaines. Elle pense fermement qu’elle trouvera une solution sur Terre mais cette planète, trop protégée est devenue inaccessible. Cela fait cinq ans qu’elle attendait cette possibilité de venir séjourner à Paris. Son intention est d’essayer d’y rester le plus longtemps possible au péril de sa vie car le gouvernement terrien ne tolère aucune clandestinité ; son visa précisant un séjour n’excédant pas plus de deux semaines.
Sortant de son bain, Penthélisée enfile un voile très fin qui se colle aussitôt à ses formes très sensuelles. Au moment où elle commence à préparer un cocktail d’amitié, la sonnette de sa cabine résonne :
- Bienvenue, mon cher étranger
- Appelez moi Jim, ça sera beaucoup plus facile
- Seriez-vous stressé par hasard, il s’agit d’une cérémonie plutôt agréable
- Et cette charmante créature, comment se nomme t’elle ?
- Penthésilée tout simplement
- Ce nom me rappelle effectivement une histoire ancienne, quelque chose comme la guerre de Troie
- Exact, tu as droit à ce petit verre de kitch

La navette d’Altarex se pose sur l’aéroport principal de Paris au moment où le soleil enflamme l’horizon de ses éclats lumineux. Penthésilée ne peut s’empêcher de penser à Apollon qui semble l’accueillir de ses rayons ardents. Elle descend paisiblement de l’appareil mais son émotion est trop forte laissant quelques soucis de larmes glisser le long de ses joues. Elle pose enfin les pieds sur le sol terrien, sa véritable patrie, son retour aux sources ne fait que commencer. Une énergie nouvelle s’empare d’elle, son désir vindicatif semble s’aiguiser et dans sa rébellion, elle voudrait s’adresser ainsi au peuple terrien :

" Ma vérité dépasse tout ce que vous pouvez imaginer "

Son émotion est de courte durée car Jim Flack l’a déjà rejoint :
- A bientôt pour le voyage retour
- Je t’ai déjà expliqué que notre histoire est terminée
- Mais si notre enfant est un mâle, que feras-tu ?
- Mon enfant sera une fille, adieu Jim mais surtout oublies moi…

Feignant la déception, Jim Flack se dirige tranquillement vers le point d’arrivée des bagages. Il franchit la porte d’accès de cette zone d’accueil et se dirige prestement vers le centre de sécurité de l’aéroport. Il ouvre les battants de la porte avec une telle violence que le responsable du bureau est sidéré :
- Mr Jim Flack, que faites-vous ici ?
- L’Amazone est ici, ne la lâchez pas d’une semelle
- Comment en êtes-vous certain ?
- Je viens de passer deux nuits avec elle en participant à son rite de reproduction, ça vous suffit. Appelez moi d’urgence les services secrets terriens….

Alors que Penthésilée monte à bord d’un taxi parisien, comment peut-elle se douter qu’elle est prise en filature par deux sbires des services policiers terriens. Pour celle qui voulait agir dans la discrétion la plus totale, les choses semblent plutôt compromises. Insouciante des dangers à venir, elle pense à son futur enfant que risque de lui procurer cet amant d’un jour. Comment pourrait-elle se douter que ce père anonyme n’est autre que le responsable des services secrets d’Altarex qui a retrouvé sa trace sur cette planète lointaine ? Mais comment est-il possible que la survie de cette Amazone soit connue du gouvernement d’Altarex ?
Lorsque son taxi la dépose au pied de l’hôtel où elle a décidé de séjourner, elle s’empresse de s’enquérir de sa chambre, son premier refuge terrien. Elle regarde par la fenêtre d’où elle contemple la frénésie parisienne et déjà son instinct de guerrière refait surface. Elle a bien remarqué la voiture qui l’a suivi depuis l’aéroport et qui est stationnée de l’autre côté de la chaussée. De ces bagages, elle s’empare de son arme favorite, un arc comme celui qui est gravé sur son omoplate. Deux flèches stridentes traversent la rue clouant les deux intrus au sièges de leur voiture. La vengeance de l’Amazone ne fait que commencer….





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Amazonia (chap 1)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soul Eater Chap 32 à 35
» Chap 224!
» Chap 238 BKT (V0)
» Naruto chap 349
» [Fanfic] Liberté MAJ chap 9 et 10 le 9/2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poésie en ligne :: Histoires-
Sauter vers: