Forum destiné à la publication de poèmes, afin de partager ensemble l'art poétique.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Attention : les textes publiés appartiennent à leurs auteurs, ils sont protégés par le droit d'auteur

Partagez | 
 

 Une maîtresse corse ou le culte des seins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faubert Patrice
Poète
Poète


Nombre de messages : 1041
Date d'inscription : 02/05/2013

MessageSujet: Une maîtresse corse ou le culte des seins   Jeu 12 Mar - 9:24

Elle est poétesse
Coquine, elle me montre ses fesses
Je souffle dans son miaou
Si étonné, qu'il en devient fou
Elle lave mon corps
Qui jamais ne dort
Ses seins pointent, émouvants
Sous son corsage transparent
Je les mets en liberté
Pour ainsi, pouvoir les téter
Alors, elle frictionne mon vit
Qui grandit, grandit, et durcit
Puis, un grand jet en jaillit
Je suis son enfant, c'est mon égérie
Parfois, elle presse mes deux boules
Afin que tout en coule
Elle m'éjacule et je la stimule
Dans un cinéma pour les coquins
Nous nous pelotons, délicieusement malins
Je mets une main sur son sein
Et je soulève sa jupe, dévoilant son porte-jarretelles
Tout en buvant sa bouche, si belle
Un souvenir de jeunesse, qui passe
Vraiment, jamais l'on ne s'en lasse
Quand nous savions de nos corps
Faire de belles pépites d'or
Elle s'appelait la sensuelle force
Elle était jeune, belle et corse
Mais le rêve et la réalité
Se confondent avec l'inventé
Nous mélangeons ce qui est rêvé
Avec ce qui est vécu, et l'inconscient oublié
C'est au présent, c'est au passé
C'est à l'imparfait, gravé dans le futur
Mais infranchissable, comme un haut mur
J'avais outragé
Tous ses orifices
Qui me faisaient un feu d'artifice
Dans ma tête enfin soulagée
Car sa peau, voulait me rassasier
Sans que je puisse demander
Elle savait vider ma verge
De tout ce qu'elle héberge
Et moi, je la buvais
Boisson, dans sa bouteille
Et moi, je m'émerveille
D'un sexe si bien fait
Je souffle dans sa fente
Comme dans un ballon
Car, elle était très lente
Mélancolique, raffinée, au fond
Est-ce vécu, inventé, arrangé
Futur, présent, passé
Personne ne le sut
Personne ne le lut
Mais elle devint ma compagne
Et cela en dissipa bien des charmes

Patrice Faubert (1981) pouète, peuète, puète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une maîtresse corse ou le culte des seins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» THE réplique culte pour vous!
» Tresse au saumon
» Les fusées de détresse
» tresse fromage jambon béchamel photo
» Détresse...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poésie en ligne :: Vos poèmes-
Sauter vers: