Forum destiné à la publication de poèmes, afin de partager ensemble l'art poétique.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Attention : les textes publiés appartiennent à leurs auteurs, ils sont protégés par le droit d'auteur

Partagez | 
 

 Stress, réaction organique à l'agression

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faubert Patrice
Poète
Poète


Nombre de messages : 1010
Date d'inscription : 02/05/2013

MessageSujet: Stress, réaction organique à l'agression   Dim 1 Nov - 10:34

" C'est pas marrant de devenir enceinte, globalement c'est même plutôt désagréable, d'abord l'on a mal au coeur pendant trois mois, après on se transforme en baleine, au final, accoucher c'est quand même une épreuve, après on a mal aux fesses, aux seins, on allaite, et on devrait trouver cela génial ? "

D'après Sophie Gaudu ( gynécologue et obstétricienne )

0,3 pour 100.000
Mortalité suite à interruption volontaire de grossesse
7 pour cent
Mortalité
Suite à une grossesse
La femme doit toujours se justifier
L'homme ne doit jamais se justifier
En rapport à la maternité
Et beaucoup de femmes et d'hommes médecins
Engrammés à devenir des crétines et des crétins
Culpabilisant les femmes qui veulent avorter
Alors qu'il faudrait les en féliciter
De vouloir refuser, dans une telle inhumanité
De refuser donc, de vouloir enfanter
La médecine
Et sa classe de conscience moraliste
La médecine
Capitaliste et fasciste
A quand la pilule, enfin commercialisée pour l'homme ?
Le fardeau partagé en somme
Et donc enfin en vente
De la surpopulation en rente
Dans tous les lieux publics
De la contraception, nouvelle musique
Dans les bureaux, les usines, les transports
Dès l'école maternelle, apprendre l'anatomie des corps
La femme doit pouvoir s'accomplir
Sans pour autant apercevoir son ventre grossir !
Mais les femmes et hommes politiques
Pantins, marionnettes et agents du capital
Qui sont d'ailleurs si pathétiques
N'ont aucune conscience sociale
Et ne pensent même pas au bien, ou au mal
De la gabegie permanente, locale et donc, globale
Avec tous les secrets de Polichinelle
Qui ne sont même plus dans les poubelles
Et les suicides, attentats, assassinats, de façon plus évidente
Qu'en 1833, les 200.000 étoiles filantes
De tous les déchets politiques
Comme de la poussière météoritique
Tout procède
De l'ingénierie sociale
Tout procède
De la création des classes sociales
Où cela n'est plus la viande transformée
Qui est vraiment cancérogène
Risque un peu forcé, mais en grande quantité
Mais à la stricte vérité
C'est notre actuelle et terrifiante société
Qui est entièrement et totalement cancérigène !
Un équilibre de la nature, modifié
Comme en 1415, les lois de la chevalerie
Par feu ( 1387 - 1422 ) Henri 5, qui fut sans pitié
Défaite française jusqu'à la lie
Et une partie de la chevalerie française, décimée, tuée
Puis, pour feu ( 1394 - 1465 ) Charles d'Orléans, 25 ans de captivité
De la poésie, il put ainsi composer
Sa demande de rançon étant trop élevée
Et oui
A Azincourt
Une armée française, déjà et encore, ne vit pas le jour !
Mais la guerre
Peut prendre d'autres formes, elle s'aère
Mais la guerre
Peut prendre d'autres normes, aussi sévères
Comme la guerre à l'écologique
De toutes les constructions urbanistiques
Donc, moins d'insectes, mais toujours des moustiques
Donc, moins de chauves-souris, l'efficace insecticide
La modernisation marchande est si stupide !
Et la pipistrelle ( pipistrellus pipistrellus ), c'est homérique
Mange chaque jour six cent moustiques
C'est pourtant pas courant
Un petit mammifère volant
Environ 34 espèces de chiroptères
En France, de l'écholocation dans l'air
Dans le monde, environ mille trois cent
Sans être du tout un chiroptérologue
Et contre notre ignorance, aucune morgue
Sans la chauve-souris, pas de forêts tropicales
Sur elle, l'on a dit tant et tant de mal
Préjugés, légendes, tout un carnaval
Un cerveau de moins d'un gramme
Pourtant, des algorithmes, des programmes
Car l'évolution, c'est avant tout de l'entraide
Pour beaucoup, cela semble raide
Cela se gausse de l'ordinateur
Chauve-souris plus performante, de la première heure
Certes
En Amérique du Sud, il y a le vampire
Espèce géante ( Desmodus rotundus ) 25 cm, sur le bétail, se mire
Affaiblissement général si la morsure est répétée
La chauve-souris, déjà là, il y a environ 52 millions d'années
Mais la nature savait ou sait tout bien réguler
C'est un fait, en toute amoralité
Mais vint l'espèce humaine pour tout exterminer !
Ainsi
Voici l'industrie du sucre
Donc, toute l'industrie agroalimentaire
De toute notre réacosphère
En 1850, en France
Environ 1 kg de sucre par an
Et pour chaque habitante, pour chaque habitant
En 2010, en France
Environ 35 kg de sucre par an
Et pour chaque habitante, pour chaque habitant
Dans le monde
C'est environ 20 kg de sucre par an
Et pour chaque habitante, pour chaque habitant !
Dans tous les supermarchés
La bouffe dopée, le cerveau dupé
Et toutes les maladies qui y sont associées
Et encore le sucre dans les aliments transformés
Le sucre encore plus addictif
Que la cocaïne, le sucre encore plus festif
Et aussi des laboratoires de l'analyse sensorielle
Vendre l'agroalimentaire poubelle
Le dégueulassement bon
La texture, apparence première, présentation
Sucre, sel, graisse, du capital de la bouffe
La bouffe du capital, trilogie, c'est ouf
Et en 50 ans
De 2200 à 3000 calories par jour
Au faisceau de la récompense, le capital ment
De la bouffe comme une drogue, le capital fait sa cour !
Et les géants de l'agroalimentaire
C'est 80 pour cent de ce que nous consommons
Des supermarchés et du dégueulassement bon
Ainsi, dans le monde, chaque année
3 millions de personnes vont décéder
Des maladies de la surcharge pondérale
Mais la maladie de toutes les maladies, c'est le capital
Et des milliards de tonnes
Poissons, des viandes, la cruauté n'est pas bonne
Pour la consommation humaine, autre animal
Pourtant, en France, la loi L 214 du Code rural
Définissent tous les animaux comme des êtres sensibles
Mais aux boucheries et aux poissonneries
Et toutes les autres tueries
Nos estomacs sont parfaitement insensibles !
L'animal que nous mangeons
A nonobstant été en réaction organique à l'agression
Avant ou pendant son élimination
Ce stress de mauvaise appellation
Et comme en tout et pour tout
C'est la réaction organique à l'agression
Cela rend tout le monde fou
Donc, moi, toi, vous, nous !
Encore
La radiogoniométrie contre la résistance
Pour localiser, contre le capital, les turbulences
L'anarchie étant la seule tendance
Hors toutes les tendances
Contre tous les pouvoirs, toutes les répugnances
Mais parfois
Un acte de foi
Comme à 11 minutes près
Pour l'humanité, un bienfait
L'attentat pas vraiment manqué
De feu ( 1903 - 1945 ) Georg Elser, ébéniste, horloger ouvrier
De " l'Union des combattants du front rouge ", il fut encarté
Ils partirent trop tôt, les nazis visés
Hitler, Goebbles, Frank, Bouhler, Rosemberg
Ribbentrop, Hess, Bormann, Himmler
De la brasserie " Bürgerbrau " à Munich
Pour le putsch de 1923, raté, pour les nazis, le déclic
Pour les nazis, chaque année
L'anniversaire du putsch était fêté
Et donc, dans la formidable explosion, des nazis moururent
Mais pas du régime, les futurs durs !
Il faut l'anationalisme
Qui s'oppose aussi à l'internationalisme
Cette internationale de tous les nationalismes
Certes, toute guerre est affreuse
A la conscience globale, holiste, elle est hideuse
Comme les représailles
La vengeance humaine, éternelle tenaille
Ainsi, en exemple, en 1944, comme symbole
A la mitraillette, quand la démence s'affole
900 otages, quelque part, en France
Et aussi partout dans le monde, barbarie en instance
Finalement
Toute théorie se mélange à toute théorie
Qui à l'humanité inhumanité ne laisse aucun répit
Et c'est ainsi
Que feu ( 1888 - 1948 ) Georges Bernanos
En fut un autre os
Contre la mécanisation
Contre l'industrialisation
Pourtant ancien des " Camelot du roi "
Le nationalisme intégral, son culte du moi
Une sorte de gauche du nationalisme
Très critique des horreurs du franquisme
En politique
Se mélange parfois les saisons
Jamais, néanmoins, pour les mêmes raisons
Et aussi dans l'extrême droite du capital
Comme dans tous les courants du capital
Oser le dire reste hélas peu banal
J'en suis le carnaval
Il y a donc, une droite, une extrême droite
Une gauche, une extrême gauche
En tous les domaines du capital
Il nous fauche, le capital !


Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Stress, réaction organique à l'agression
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Travailler à moteur action (cascadeur, ...)
» [SOFT] VLINGO WORDS TO ACTION : Application vocale [Gratuit]
» action man/james bond
» TPE 1ereS Action de l'humidité sur le vernis d'un tableau
» Sportifs en pleine action

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poésie en ligne :: Vos poèmes-
Sauter vers: