Forum destiné à la publication de poèmes, afin de partager ensemble l'art poétique.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Attention : les textes publiés appartiennent à leurs auteurs, ils sont protégés par le droit d'auteur

Partagez | 
 

 Craniothérapie du malheur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faubert Patrice
Poète
Poète


Nombre de messages : 958
Date d'inscription : 02/05/2013

MessageSujet: Craniothérapie du malheur   Mar 6 Sep - 8:00

Le capital
Est une permanente oxygénothérapie
La COP21 en fit partie
Et sur deux cent pays
Seulement vingt pays
Ont ratifié sa supercherie
Le capital
Est à bout de souffle
Il est devenu complètement louf
Le capital
Est à la conscience globale
Un état végétatif, une conscience minimale
Le capital
Est comme une mort encéphalique
Tout y est tragique
Nous sommes son coma artificiel
Parfois, il y a comme un éveil
Des grèves, des manifestations rebelles
Si toute la pauvreté était solidaire
Pour retrouver l'élan révolutionnaire
Tellement de temps
Pour arriver jusqu'ici
Tellement de temps
Stromatolithes, 3,7 milliards d'années, déjà, la vie
Et puis, 2016, technologie de l'apraxie
L'apraxie de la technologie !
Mémoire des souvenirs, mémoire du quotidien
Le capital sait organiser le rien
Nous y avons notre petit coin
Et ce qui en dit long
Sur nos affectivités, sur nos émotions
Car nous appelons l'humanitude
D'être un peu humain, l'on a pas l'habitude
Pas seulement pour les personnes âgées
Mais l'humanitude pour l'ensemble de la société
Mais comme tout s'apprend
Il pourrait disparaître le méchant
Mais comme tout s'apprend
Il pourrait disparaître le violent
Chaque classe sociale a des rails
Difficile d'y dérailler, elle nous bâille
Comme aux Etats-Unis
Où l'économie aussi
Fait la guerre à la vie
Avec une classe moyenne
Comme une nouvelle poubelle
Qui peut-être expulsée de chez elle
Quand l'idéologie marchande s'avère vaine
Et donc que les sans domicile
Nouveaux, que les anciens, plus dociles
Que le capital prend pour des imbéciles !
Toute une population
Pour tout, c'est la mondialisation
Dans un monde de permanente militarisation
Qui aux Etats-Unis comme ailleurs
Dormir en motel, en voiture, vous cherchez l'erreur
De la précarisation organisée, nouvelle terreur
Erreur de la terreur
Terreur de l'erreur
Et le droit de s'exprimer
Seulement dans la pensée séparée
Dans les clous de toute obédience
Ne jamais s'en éloigner, c'est l'évidence
Dans les clous de toute militance
Il faut adhérer, ou autour de vous, c'est la défiance
D'une religion, il faut être
D'une idéologie, il faut être
D'un parti, d'une hiérarchie, il faut être
D'une organisation, d'une compétition, il faut être
D'un groupe, il faut être
D'un syndicat, il faut être
Bref, de la marchandise, il faut être
Tout cela, sous haute surveillance du capital
Qui sait s'infiltrer dans toutes les manigances
Qui de tout, donc, fait relais, fait canal
Et tant de pays sans aucune protection sociale
Comme encore les Etats-Unis, la pauvreté n'y a que dalle
Mais tout est médiocrité, même la richesse, sous le capital !
Comme au pays de l'oncle Sam
8,2 pour cent de chômage, rien à bouffer, le drame
Aucune indemnité en cas de licenciement
Mais partout l'on crève sans argent
Et cela concerne donc beaucoup de gens
Alors que pourtant
Tout pourrait être de gratuité
Comme tous les transports en commun, pour pouvoir circuler
Plus aucun loyer à payer
Abolition de la propriété dans le monde entier
En France, septembre 2016, de nouvelles manifestations
Contre la loi travail et son orientation
Loi du travail, travail de la loi
La loi des propriétaires du monde
Contre elle, la révolte populaire, gronde
Mais de la grogne, hélas, toujours parcellaire
Et voilà le militant, le limitant révolutionnaire
Et voilà la militante, la limitante révolutionnaire
Des courroies de transmission réactionnaire
Rien n'est jamais acquis
Comme en Afrique du Sud, ô duperie
Des blancs toujours privilégiés
Des noirs toujours exploités
1994, n'y a rien changé
Système colonialiste raciste toujours continué
Et en vérité
Si l'image idéale que vous vous faîtes de vous-même
Et qui vous est renvoyée par les autres, est bonne
Vous ne voudrez pas changer la société
Du côté de la domination
Si l'image idéale que vous vous faîtes de vous-même
Et qui est renvoyée par les autres, est mauvaise
Vous voudrez changer la société
Du côté de la soumission
Le plus souvent
Le plus généralement
Mais tout peut s'intervertir et donc changer !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Craniothérapie du malheur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bisounothérapie ^^ câlinothérapie ^^
» Hypnothérapie
» La guerre, gross malheur! 2
» [Cyrulnik, Boris] un merveilleux malheur
» HORREUR MALHEUR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poésie en ligne :: Vos poèmes-
Sauter vers: