Forum destiné à la publication de poèmes, afin de partager ensemble l'art poétique.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Attention : les textes publiés appartiennent à leurs auteurs, ils sont protégés par le droit d'auteur

Partagez | 
 

 Paraphysique de virologie informationnelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faubert Patrice
Poète
Poète


Nombre de messages : 939
Date d'inscription : 02/05/2013

MessageSujet: Paraphysique de virologie informationnelle   Ven 13 Jan - 9:03

Le capital
Fait la guerre à tout être humain
Même aux politiciennes et aux politiciens
Hier, aujourd'hui, demain
Le capital
Ne peut fabriquer que de l'inhumain
Cela peut-être très techno-sexy
Pourtant cela appauvrit la vie
Certes
Il y a la pauvreté dorée des riches
Alors, beaucoup se disent, chiche
Souvent
Des pauvres regardent vivre les gens riches
Dans la petite lucarne, à la télé, cette niche
Des riches regardant des pauvres les regarder
Comme si la vie était une série télévisée
Où tout respire la fausseté
Comme si tout était devenu un mensonge
Que tout cerveau ronge
Ainsi
Nous sommes des menteuses et des menteurs
Si nos vérités sont des mensonges
Alors que nos mensonges sont parfois des vérités
Le monde entier est une peur
Le capital est un tueur
Même son bonheur est du malheur !
Et tous les petits avantages perdus
Au fil des années, ils passent inaperçus
Ainsi en France
Un billet de train était valable trois mois
Mais c'était donc autrefois
Il n'y a pas si longtemps
En fait, quelques années seulement
Et c'est maintenant une semaine, pour les TER, seulement
Cela paraît un petit détail
Mais tout étant à l'avenant
C'est maille après maille
Le capital nous fait la guerre
Le monde entier est aux mains des milliardaires
Le monde est complètement totalitaire
Fascisme total, fascisme global
Du faux sein, du faux cul, pas comme ( née en 1928 ) Tempest Storm
112 cm de tour de poitrine, reine du strip-tease burlesque et des seins énormes
Avec toutes les émotions de territoire
Le territoire de toutes les émotions
Touche pas à mon football
Touche pas à mon rugby
Touche pas à mon idéologie
Touche pas à ma religion
Touche pas à mon ceci, à mon cela
Touche pas à ma connerie !
Le territoire de la passion
La passion du territoire
Alors qu'il faudrait
Comme unique et seul fait
La passion sans motif et sans territoire
L'émotion mais sans réquisitoire
Au fond
Tout est de la dette
Quand une conception de la vie est bête
C'est le contraire de la générosité
De l'égalité et donc de la gratuité
Tout devrait être gratuit
Tout pourrait être gratuit
Encore avec mon anarchie
Cela n'est pas possible, on me le dit
Des gens qui m'aiment bien
En fait, je n'en sais rien
Des gens que néanmoins, j'aime bien
Mais vouloir c'est pouvoir
Le pouvoir du vouloir
Mais nous ne le voulons pas vraiment
Mais vous ne le voulez pas vraiment
C'est si dur de changer
C'est si dur de tout transformer
Nous restons dans nos douleurs
Dans nos corps et esprits tordus, dans nos torpeurs !
Et à propos de dette
Pécuniaire ou autre, c'est aussi bête
Pour la France, en 2017, zone euro
La France devra donc emprunter
210 milliards d'euros, dette pas si élevée
Car cela ne fait que représenter
Dix pour cent des 2000 milliards d'euros
Toute une ronde
Avec toute une faconde
Que la France doit à ses divers créanciers
C'est un cercle infernal
Le cercle vicieux du capital
Dans tous les pays, donc du capital
Tout y est est méprisé
Tout y est torturé
Mais de le percevoir, nous n'avons pas la sensibilité
Surtout la crétinerie qui se croit préservée
Ainsi, pour les pauvres canards
Pour satisfaire l'appétit de salopards
Moi, toi, eux, elles, lui, dare-dare
Des animaux gavés et donc torturés
Nous préférons ne pas y penser
Pas la moindre empathie à partager
C'est Vivadour, groupe coopératif
Torturer le canard c'est très festif
Deux cent éleveurs et gaveurs, sans aucun récif
Pour le foie gras
De l'horreur avant le trépas
Mais c'est aussi le virus de la grippe aviaire
Vengeance contre cette pratique réactionnaire
Souche H5N8, épidémie naissante
800.000 canards assassinés
Car les transporter est toujours risqué
Un peu
Comme la transmission des maladies infectieuses
Qui à l'humanité sont les gueuses
En Afrique avec le téléphone portable
Mobilité des gens, communication jetable
Virus de la communication
Communication du virus
Un peu
Comme en Europe, les infections urinaires
Des poulets aux humains
Encore les transports
Car aucun virus vraiment, ne dort
Cela n'est pas hélas comme le virus de l'anarchie
Appellation d'un lointain passé, c'est ainsi
Et donc
Pour tout un quiconque
L'épizootie
La panzootie
L'enzootie
L'épizootie et sa zoonose
De l'animal à l'homme, la nature l'ose
Ce monde marchand ne sent pas la rose !
Mais certes
Il faut encore que je disserte
Les accidents domestiques en France
Et dans le monde, en confidence
Ainsi donc, en France
11 à 12 millions de personnes sont touchées
5 millions aux urgences vont consulter
500.000 personnes sont hospitalisées, chaque année
1) 26 chutes mortelles
2) 3000 morts par suffocation
3) Substances diverses et de l'intoxication
4) De la noyade 5) Du feu, toute une constellation
Quand à la mort par maladie
C'est connu, mais néanmoins, je l'écris
1) Cancer
2) Les maladies cardiovasculaires
3) Les accidents domestiques, c'est dans l'air
Sans compter toute une terreur politicienne
Qui se fiche de tout, quoi qu'il advienne
Obama qui en 2016 a fait déverser
26171 bombes, et il est adulé
Irak, Afghanistan, Syrie, Libye
Yémen, Pakistan, et la Somalie
Trois bombes toutes les heures
Des civils surtout, ô malheur
Des milliers et milliers de morts
Obama, prix Nobel de la paix en deux mille neuf
Tout est dit, rien n'est vieux, rien n'est neuf !

Patrice Faubert ( 2017 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Paraphysique de virologie informationnelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poésie en ligne :: Vos poèmes-
Sauter vers: