Forum destiné à la publication de poèmes, afin de partager ensemble l'art poétique.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Attention : les textes publiés appartiennent à leurs auteurs, ils sont protégés par le droit d'auteur

Partagez | 
 

 Tourisme de masse, pollution de masse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faubert Patrice
Poète
Poète


Nombre de messages : 972
Date d'inscription : 02/05/2013

MessageSujet: Tourisme de masse, pollution de masse   Ven 5 Mai - 9:23

Big Bounce
Grand rebond qui pousse
Expansion, contraction
Contraction, expansion
Une infinité dans la succession
De l'Univers à la vie des gens
Histoire des mentalités
Jamais de grande nouveauté
Comme ce fascisme omniprésent
Comme jadis, le cinéma permanent
Il est de toutes les heures
Il se recrute dans la peur
Quant il n'y a plus de conviction
Quand il n'y a plus que le pognon
Le fascisme est sans culture
Le fascisme s'épanouit dans l'ordure
Comme une pathologie sociale chronique
La bêtise est en fait sa seule éthique
Et tout peut sembler paradoxal
Sous les différents règnes du fascisme libéral
En France
Et c'est une fausse confidence
Dans les petites villes, dans les campagnes
La réaction toujours se magne
Même quand il n'y a pas un seul étranger
C'est néanmoins pour la xénophobie que l'on va voter
Il y a pourtant de l'espace vert
Alors qu'à Paris
Par personne, c'est cinq mètres carrés d'espace vert
Avec 21000 personnes au kilomètre carré
En Europe, presque la plus forte densité
Berlin, c'est 25 mètres carrés, Londres, c'est 45 mètres carrés !
Paris
Où le premier mai 2017
Contre tout un fascisme banalisé
De passage chez ma mère, pour m'en occuper
Et j'en ai donc profité
Pour aller manifester, avec le cortège de la CNT
Avec mon drapeau si mal accroché
Hampe de dernière minute, drapeau envolé
Avec de la probabilité, je pus le récupérer
Rouge et noir avec un A entouré
Et le soir à la télé
Ma mère me l'ayant signalé
Un chef bureaucrate syndicaliste fut donc interviewé
C'était celui de la CGT
Osant dire et répéter
Contre l'extrême droite, c'est dans nos gènes
Tenant donc un discours d'extrême droite
Rien que pour cela, je le mets en boîte
L'on ne naît pas Fourniret
Sauf pour les fascistes et les niais
Vraiment
Les bureaucrates syndicaux
Sont des crétins et des idiots
Voire pire, si c'est voulu, des salauds
Principaux alliés du capital
Principaux alliés du fascisme libéral
Ils sont contre le prolétariat révolutionnaire
Qui est sans parti, sans syndicat, avec la Commune de Paris, en repère !
Fête du travail, fête de l'aliénation
Un retour d'acide situationniste, comme de la science-fiction
Il n'y a plus aucun frein
Nous rentrons dans le mur du capital, c'est pas malin
Chacun isolé dans son coin
Chacune isolée dans son coin
La vie, c'est encore loin ?
Nos petites médiocrités
Nos rêves inachevés
Les miens, les tiens
La tragédie du genre humain
Et toute une grande majorité
Qui préfère ne pas trop penser
Commencer de penser
Commencer de se miner
Feu Camus, pour le paraphraser
Avec pour seule pensée engrammée
L'horizon prétendument indépassable du capitalisme
L'horizon prétendument indépassable du fascisme
Certes
Au dix-neuvième siècle, l'ouvrier
Avait une espérance de vie de trente ans
De nos jours, c'est plus longtemps
Cela est vrai, et après ?
Certes
Au dix-huitième siècle
L'aristocrate mesurait 10 à 15 centimètres de plus que le gueux
De nos jours c'est aussi un peu mieux
Cela est vrai, et après ?
La lutte des classes est devenue plus subtile
Moins funambule sur un fil
D'un pays l'autre tout semble différent
Mais c'est le climat qui l'est effectivement
Sinon
Les mêmes histoires d'argent
De sexe, de couple, de travail, de peine, c'est édifiant
Avec tout un tourisme de masse
Par exemple, Barcelone, Venise, qui aux autochtones, fait boire la tasse
Des loyers qui augmentent, ô mauvaise farce
Cela n'est plus de la xénophobie
Quand c'est le tout touristique qui exproprie
Un nouvel impérialisme
C'est bien le frère du capitalisme
Modifiant la forme des villes, le tourisme
Avec des villes zoos, avec des villes dépotoirs
Comme si tous les jours, c'était la foire
Et partout
Nous ne savons plus quoi faire de nos déchets
C'est la société du déchet
La Terre comme une poubelle, c'est un fait
Avec aussi la fragmentation du lien
Tout lien étant de fragmentation
Pour toute vraie solidarité, c'est ainsi la fin
Et puis, et puis
Tout autre que soi est devenu l'ennemi
De tout le monde, tout le monde se méfie !

Patrice Faubert ( 2017 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Tourisme de masse, pollution de masse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tentative de définition du genre littéraire populaire
» goedendag
» Micro rotor VS masse périphérique
» [SOFT] BILAN CORPOREL : Calculer votre masse corporelle [Gratuit/Payant]
» Qui veut gagner de l'argent en masse?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poésie en ligne :: Vos poèmes-
Sauter vers: