Forum destiné à la publication de poèmes, afin de partager ensemble l'art poétique.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Attention : les textes publiés appartiennent à leurs auteurs, ils sont protégés par le droit d'auteur

Partagez | 
 

 Amnésie antérograde majeure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faubert Patrice
Poète
Poète


Nombre de messages : 1042
Date d'inscription : 02/05/2013

MessageSujet: Amnésie antérograde majeure   Mar 30 Mai - 9:02

" Pourquoi dans un monde si beau, où abondent les camps de concentration et les missiles de croisière, la communication est-elle impossible ? "

Jean-Pierre Voyer ( né en 1938 ) essayiste

La folie prend ses aises
La folie marche sur des braises
La folie se pavane
La folie est une came
La folie prend des médicaments
La folie est une rage de dents
La folie est mythomane
C'est quelqu'un qui habite quelque part
Et qui va toujours ailleurs
Et est pourtant, toujours à l'heure
Sa folie, ma folie, ta folie
Tous les jours, elle nous lit
Ah ! les belles bacchantes
Film de 1954, une étrange comédie marrante
Quand la femme était encore coquette
Jupons, jarretelles, nichons, la fête
Interdit aux moins de 16 ans, c'est trop bête !
Quand le burlesque était érotique
Et feu ( 1914-1983 ) Louis de Funès, déjà avec sa mimique
Ma puésie est abracadabrantesque
Ma peuésie est grotesque
Ma pouésie est un sale mec
Ma paraphysique vomit les salamalecs
Le féminisme
A tout tué
Plus aucune sensualité
Tout est uniformisé
Les bourgeoisies savent tout chloroformer
Tu te veux poète
Tu te veux peintre
Tu te veux savant
Tu te veux sportif
Tu te veux ceci ou cela
Toujours le même blabla
Tu te crois artiste
Tu te crois ceci ou cela
Moi, je ne me veux plus rien
Je ne suis d'aucune rivalité
Sur toutes les chimères, je veux pisser
Avec moi, personne ne peut rivaliser !
La poésie intellectuelle
Est de la main à plume
La poésie manuelle
Est de la main de la charrue
L'éternel présent
Comme l'amnésie antérograde majeure
Aucun souci ne prend
Les mêmes, sont toutes les heures
Je sens de la gueule
Je passe tout à la meule
Ne jamais voter
Ne jamais enfanter
Ne jamais admirer
Ne jamais posséder
Et sachons que nos vedettes spectaculaires
Sont forcément toutes réactionnaires
De l'anarchisme au fascisme !
Et toujours notre adulation qui s'identifie, cet atavisme
L'humanité
Est une crise d'angoisse
Elle se met la poisse
L'angoisse c'est horrible
Elle est toujours volubile
Elle n'est pas alexique
Contre elle, aucune trique
Mais il suffirait d'implanter des électrodes
A certains endroits du cerveau pour l'annihiler
Mais l'industrie du médicament
Ne pense qu'à son argent
Tant pis pour les effets secondaires
Une paire de claques pour ces réactionnaires !
Certes
C'est toujours de la thérapeutique d'urgence
La thérapeutique vraie n'est pas de cette engeance
Le seul effet
Du vivre différemment
Ne plus plâtrer ce qui est cassé
Mais son apparition empêchée !
Vous pouvez parler de feu ( 1846-1935 ) Auguste Escoffier
Ce roi des cuisiniers
Et même vous en gargariser
Mais c'est à se pâmer
Quand il n'y aura plus le moindre poisson
A cuisiner, dans aucune maison !
Les scientistes sont des fanatiques
A la convivialité sont des amnésiques
La cuisine pour astronautes
Cuisine moléculaire pour la survie
La vie selon les bourgeoisies
Têtes à baffes toujours ravies
Vous cracher me réjouit !
Implémentation abasourdissante
De toutes nos options discordantes
Dans nos veines
Ne circule pas du sang
Dans nos veines
Dans nos vaines
Ne circule que de l'argent
Comme dans nos transports en commun, bondés
Et nos regards absents, voulant tuer
Il faut nous supporter
Et l'envie de tout faire sauter !
Si au moins
Nous pouvions nous tripoter
Si au moins
Nous pouvions nous toucher
Nous pouvions discuter
Mais nous nous ignorons
Mais nous nous méprisons
A l'image de nos répugnantes prisons
Ouvrons toutes nos cages
Pour qu'enfin la vie nage !
Ainsi
Il n'y a que dans l'acte sexuel
Une femelle pour lui
Un mâle pour elle
Où l'imagination ne soit plus pucelle
Enfin l'envol, enfin des ailes
Et des variantes de ribambelles
La chatte allongée sur nos jambes
Jamais ne trahit, toujours fidèle
C'est notre gribou, notre va-tout
La chatte de femme qui rend fou
En entrée, en dessert, toujours belle
C'est de la magie, de l'entente sexuelle
Dans la pensée séparée, rien n'est éternel
Et l'entente sexuelle
N'est ainsi pas l'entente spirituelle
Et l'entente spirituelle
N'est ainsi pas l'entente sexuelle
C'est de la conformité organique
Des sexes qui nous vont mieux
Au clitoris ou à la queue
Rarement, cela est dit
De ce défi, je fais encore fi !
Nous avons la faculté d'oubli
Pour nous accommoder de tout
Les mêmes sont nos instincts
Boire, manger, copuler
Nous ne sommes pas distincts
Pour les assouvir, il faut payer
Et notre cortex cingulaire antérieur
Pour nous régulariser, pour nous stabiliser
Mais pas comme en 1675
Avec les vrais bonnets rouges
De la révolte, de la jacquerie qui bouge
De nos jours, c'est la confusion
Favorable au fascisme, à la réaction
Et bonnets rouges pour les patrons
Et toutes les autres abominations
De l'extrême gauche à l'extrême droite, la contre révolution !

Patrice Faubert ( 2013 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Amnésie antérograde majeure
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour cause de force majeure ...
» Avis de marché - La Sauve Majeure (33) - Restauration de l'église St Pierre - Lot 4 peintures murales, lot 6 sculptures
» Une invention technologique majeure...
» Découverte majeure en chimie
» Happy Birthday Disneyland Paris : 18 Ans de Magie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poésie en ligne :: Vos poèmes-
Sauter vers: