Forum destiné à la publication de poèmes, afin de partager ensemble l'art poétique.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Attention : les textes publiés appartiennent à leurs auteurs, ils sont protégés par le droit d'auteur

Partagez | 
 

 Paraphysique de pathognomonie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faubert Patrice
Poète
Poète


Nombre de messages : 1030
Date d'inscription : 02/05/2013

MessageSujet: Paraphysique de pathognomonie   Dim 23 Juil - 11:15

" Vous comprenez, ces juges et magistrats sont une entité corporatiste pétainiste :
nous savons très bien que tous ont accepté de prêter serment au maréchal Pétain,
tous ont accepté de siéger dans les sections spéciales et de condamner les communistes,
les résistants, de faire la chasse aux juifs; et bien aujourd'hui, ils continuent : ils continuent
à faire la chasse aux avocats combatifs. "

Bernard Ripert ( Avocat, interdit d'exercice pour un an ) " D'après le journal
contre la prison " L'Envolée "

La nouvelle génération
Sans mémoire sociale, réactionnaire
Est dans la plus grande confusion
Diplômée de la soumission, elle laisse tout faire
Partout des nationalistes
Se confrontent à d'autres nationalistes
Tout autant racistes, tout autant fascistes
Peu importe que cela soit en Ukraine
Ou ailleurs, c'est toujours le même phénomène
Il faudrait capturer
Du monde entier, tous les députés
Femmes et hommes, sur une île déserte, les isoler
Et même la bibliothèque d'Alexandrie
Est tombée dans un insondable oubli
Cinq cent mille rouleaux
A jamais perdus, c'est idiot
Mais cela n'est qu'une hypothèse
Du temps surgit le néant
Qui rend ridicule tous les tyrans
Cela met mal à l'aise
L'histoire est avant tout, une thèse
Tout ce que nous pouvons être
Les autres nous le font paraître
C'est comme une paire de claques
Ce que l'on aurait pu devenir, détraque
Comme feu la star politique
Le stalinien ( 1894 - 1971 ) Nikita Khrouchtchev
A la ruse atomique
En Septembre 1958, en visite médiatique
Aux Etats-Unis d'Amérique
Un premier aperçu du spectaculaire intégré
Bien avant qu'il ne soit théorisé
Puis ce fut 1962, et son chantage nucléaire
Les grandes puissances militaires sont toujours réactionnaires !
Et c'est étonnant
Qu'il n' y ait pas plus de troubles bipolaires
Car c'est la société entière qui est bipolaire
En 2014, les animaux non humains
Sont souvent mieux traités
Que beaucoup d'êtres humains
Alors qu'en d'autres siècles, autrefois
Le chien, par exemple, était un bien meuble
Ainsi allait la loi
Le chien était abandonné
Puis étranglé, découpé, gazé
Il fallait, d'une façon l'autre, s'en débarrasser
Pour l'impôt, ne pas payer !
Par paquet de cinq
Le canidé, il fallait qu'il trinque
Oui, il y a beaucoup d'autrefois
De la loi de feu ( 1796 - 1862 ) Delmas de Gramont, fameuse loi
Mais seulement en publique
Là où se voit moins le sadique
La cause animale, c'était surtout en Angleterre
D'abord les chevaux, la SPA, ce n'était pas encore sincère !
Mais l'humanité ne s'aime pas
La monstruosité n'y est pas un cas
Comme en Corée du Nord
Cet immense camp de concentration
Avec aussi 200.000 prisonniers politiques, environ
Dans des camps de l'extermination
Où l'on torture jusqu'à la mort
Les Daleks du stalinisme, copie du nazisme
Même zèle dans le sadisme
C'est dingue
Ce que le conditionnement peut faire
Du cerveau humain réactionnaire ou révolutionnaire
C'est dingue
Ce que l'éducation éducastration peut fabriquer
Victimes ou bourreaux en toute normalité
De part et d'autre, c'est accepté !
Heureusement, il y a le grain de sable
De l'influence extérieure qui se met à table !
Vraiment, TOUT s'apprend
Être bourreau ou victime, c'est évident
Il n'y a aucune liberté nulle part
La personnalité humaine ne se construit pas au hasard
Automatismes, déterminismes, tôt ou tard
Sinon d'utiliser cette connaissance
Pour une toute nouvelle aisance
Et à TOUT ce qui est connu, prendre de la distance !
Loin de nos clichés
Pour éviter de penser
Ainsi si danser vous ne savez
D'aucuns, d'aucunes, vont vous juger
Comme avoir un manche à balai
Où cela ? mais dans le cul
C'est pour dire rigide, mais ouais !
Comme si, un bon danseur stalinien
Comme si, un bon danseur fasciste
Comme si, un bon danseur gauchiste
Comme si, un bon danseur capitaliste
Ou tout autre esprit dogmatiste
Pouvaient être dans le quotidien, une souplesse d'esprit
Et comme si, c'était le seul critère de vie !
Comme aussi, l'étonnant
Dans l'espionnage par dictaphone interposé
Du fasciste ( né en 1949 ) Patrick Buisson, envers Sarkozy et ses alliés
En 2011, c'était cela, vraiment
Et non pas que " Le canard Enchaîné " l'enregistrement clandestin
Ait pu se procurer !
Pour tous les politiciens, les comptes, il faut régler
Pour eux, un journal de grande nécessité !
Car sous tous les régimes politiques
Les services secrets espionnent
Les milieux d'affaires, les milieux du fric
Et tous les bords politiques
La politique n'est pas une nonne
Chacun, chacune, y fait son pet
Chacun, chacune, y connaît un méfait
Et c'est Quentin Torselli
Âgé de 29 ans
Qui en manifestant, le 22 février 2014 à Nantes
Et ce, tout à fait pacifiquement
Contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes
Une balle de Flash-Ball, dans l'oeil, prend
Un oeil crevé, par un CRS, qui jamais ne risque la réprimande
Tout Etat est policier
Pléonasme, qu'il faut sans cesse répéter !
Donc une agression tout à fait arbitraire
Un peu comme la classification du système solaire
Classification et déclassification de notre système planétaire
Mais la science aussi
Est aux mains des diverses bourgeoisies
Qui en sont des juges et des parties
Qui ont toujours une guerre civile d'avance
Et quand il le faut, se mettre en transe
Si sur Terre, il y avait l'harmonie
Inutile de la chercher ailleurs, dans l'infini
Le capital est une machine
Qui sécrète du fascisme
Qui sécrète du nazisme
Qui sécrète du corporatisme
Qui sécrète du séparatisme
Qui sécrète du nationalisme
Et donc toutes les guerres
D'aujourd'hui, de demain, d'hier
Automne, printemps, été, hiver
Avec son armée de réserve
Cette jeunesse qui naît vieille, sans mémoire
Ignorante, manipulable, qui peut tout croire
L'éternel jeunesse du vieux monde
Toujours prête à sortir sa fronde
La véritable jeunesse est sans âge
Rien ne peut l'enfermer dans une cage
Le capitalisme est un bordel
Torture sans fin, long tunnel
Où toute naissance est déjà vieille
Là où toutes les violences se font miel
Moi, toi, eux, ils, elles
J'entends vos cris, c'est assez
Pourtant, c'est ainsi, la vie n'a pas commencée
C'est un projet, une théorie, une idée !
La relation humaine n'est pas encore née
Qui n'est que du dominant ou du dominé
Beaucoup de technologie, mais peu d'empathie
Et de plus en plus de la médiocrité
Au fil du temps marchand, au fil des années
Dans tous les secteurs de la vie représentée
Des arts de la vie aliénée
Les arts de l'aliénation
Les aliénations de l'art
Certes, certains et certaines en profitent
Mais en étant entouré de dynamite
Le bourreau est à la fois victime
La victime est à la fois bourreau
En même temps, la plaie et le couteau
Et c'est feu ( 1821-1867 ) Charles Baudelaire, si beau
Qui revient dans la rime
L'exploité peut-être exploiteur
Et en toute candeur
Et les jeunes sont devenus monstrueux
Qui votent pour le fascisme, c'est hideux
Pire que nous, les vieux
Dans ce monde, où en premier, il faut faire feu !

Patrice Faubert ( 2014 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Paraphysique de pathognomonie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poésie en ligne :: Vos poèmes-
Sauter vers: