Forum destiné à la publication de poèmes, afin de partager ensemble l'art poétique.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Attention : les textes publiés appartiennent à leurs auteurs, ils sont protégés par le droit d'auteur

Partagez | 
 

 Paraphysique de l'orthopraxie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faubert Patrice
Poète
Poète


Nombre de messages : 1011
Date d'inscription : 02/05/2013

MessageSujet: Paraphysique de l'orthopraxie   Mar 19 Sep - 8:17

Ce serait bien un monde
Où tout le monde parlerait la même langue
Ce serait bien un monde
Où l'on ne travaillerait qu'une heure par jour
Ce serait bien un monde
Où l'espèce humaine ne serait qu'une seule et même famille
Partout des frères, partout des frangines
Peu de maladies et partout la bonne mine
Et ce sans aucune propriété privée
Plus aucune vie à perdre, que des vies à gagner
Il suffirait de le vouloir
Et ainsi plus aucun pouvoir
Comme l'injustice de la justice
Qui est la justice de l'injustice
Et sa culture de l'aveu
Qui est l'aveu de la culture
La culture du résultat
Est le résultat de la culture
Et dix pour cent des français et françaises
Qui ont été en garde à vue, c'est balèze !
Ah ! être l'Argentinosaurus
40 mètres de long, 80 à 100 tonnes, mon bus
A l'assaut du monde, avec mes Titanosaurus
Il y eut une centaine d'espèces, de drôles de gus
Comme à Bruxelles, l'église Sainte-Gudule
Et tant d'autres curieux bidules
Les gens sont désarmants
Comme des mémoires de l'espace-temps
Comme en Egypte, cette théocratie
Où une danseuse est considérée comme une putain
Les islamistes sont des crétins
Les salafistes djihadistes sont pires que des nazis
L'intégrisme religieux sévit dans tous les pays
Toutes les religions sont de l'étron et du pipi !
Elles voilent la raison, c'est débile les dieux
Comme 85 pour cent de femmes en Egypte
Où c'est l'Arabie saoudite, qui fait la loi, en Egypte
Des plus que nazis à la stupidité améliorée
Toujours l'art propre contre l'art dégénéré
Oui les religions sont des étrons
Avec le fascisme religieux comme étalon !
Comme aussi au Yémen, et encore l'Arabie saoudite
Malgré le courage de femmes yéménites
Et la place du changement
Qui devient simplement un changement de place
Le capital est froid comme de la glace
Comme les pesticides, qui dans le monde
Causent un million d'empoisonnements graves chaque année
Et deux cent vingt milles décès, la gabegie gronde
Car pour le commerce c'est un débouché !
La planète Terre est le jardin de tout le monde
Tout le monde devrait pouvoir en profiter
Et pas seulement quelques jardins ouvriers
Jardins de l'insertion, jardins partagés
Mais seulement quelques initiés
Comme les bourgeoisies de la science
Qui sont au service de la finance
Avec leurs jeunes et vieilles barbes
Du fascisme libéral sont les bardes
Les experts de la soumission
De la soumission des experts
Orthopraxie de la vie sous verre
De tous les serviteurs du capital
Et la roue de secours du " Front National "
En France, genèse du racisme et du fascisme, c'est normal !
Larbins subtils ou manifestes, le même canal
Présentateurs, animateurs, artistes, savants
Le capital collectionne les déments
Collection de la propriété
Propriété de la collection
La science n'est pas neutre
Elle est vénale, elle est pleutre
L'art n'est pas neutre
Il est vénal, il est pleutre
Pour protéger les riches, un jour
Au service des riches, toujours
Alibi du capital, capital de l'alibi
Rendre plus supportable de fausses vies
Y a-t-il une vie avant la mort ?
Car partout la vraie vie dort !
Et toute la fausse conscience
Qui se crache dans la bouche
Qui dans les sexes se mouche
Se spectacularise, se flatte, s'admire, se touche
Et sur toutes sortes de fascisme, louche
Avec son extrême gauche, sa gauche,
Sa droite, son extrême droite
Tout ce fascisme de la pensée étroite
Le capital et ses facettes
Artifices et paillettes
Pour pouvoir se remplacer
Pour le capital, le représenter
Toute cette machinerie à déféquer de l'engeance
Se gavant, se mirant, de leurs répugnances
L'espèce humaine en diverses saloperies
Il faut se débarrasser de ces débris !
Du peuple, au fond, le plus grand nombre
Tout le monde y a son ombre
Dans les ordures, dans les décombres
Toujours, la domination se sert
Comme les 177 soldats du commando de feu ( 1899-1962 ) Philippe Kieffer
Les français du 6 juin 1944, commando d'élite
Des bérets verts avec des rites
Avec les 150.000 soldats américains et canadiens
Des sacrifiés avec la mort pour seule fin
Tout semble vain
Quand personne ne se souvient
Comme l'orgie de sang du 25 août 1944
Maillé, village aux 124 massacrés
Par la colonne du SS lieutenant Schlutter
Qui obéit aux ordres du lieutenant-colonel Stenger
La ligne Bordeaux Paris du chemin de fer
Trop sabotée par la résistance
Avec trop d'insistance, et ce fut la vengeance !
Il n'y a que 150 espèces d'arbres en France
Ainsi que le plus efficace des insecticides
Le crapaud commun que la voiture trucide
Avec 10.000 invertébrés, en trois mois, mangés
Limaces, vers, insectes et araignées
La nature est comme le nombre d'or
1,61803398875, auquel on fait un sort !
Tout semble si dérisoire
Malgré tous les hier qui font l'histoire
Toutes les religions, toutes les idéologies
Sont des ignorances, des supercheries
L'harmonie infinie
Ne pourrait être que l'anarchie
Là où tout se vend, s'achète, s'échange, se loue
La prostitution est partout !
Toutes les activités de travail et de loisirs sont prostituées
A l'organisation de la prostitution
Qui est la prostitution de l'organisation
Le capital en est le proxénète
Qui en organise toutes les fêtes
Les gens qui y vivent, riches et pauvres, en sont les minettes !
L'espèce inhumaine, pardon, humaine
Est une espèce invasive, une tueuse, reine
Et 7,5 milliards d'individus, c'est la surpopulation
Il faut arrêter d'enfanter, grève des ventres, seule solution
Comme nos chats si prédateurs
Et ce à toutes les heures
10 milliards d'oiseaux tués chaque année
Dans le monde par ce félin apprivoisé
Nous déréglons tous les équilibres
La nature est en cage, seul le profit est libre !
Finalement ce sont nos idées qui nous séparent
Et à toutes les guerres nous préparent
L'idée se fait prison
L'idée se fait maton
Elle devient image sans possible communication
Elle nous fige, elle nous réduit, elle nous séduit, et c'est l'immobilisation !

Patrice Faubert ( 2014 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Paraphysique de l'orthopraxie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poésie en ligne :: Vos poèmes-
Sauter vers: