Forum destiné à la publication de poèmes, afin de partager ensemble l'art poétique.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Attention : les textes publiés appartiennent à leurs auteurs, ils sont protégés par le droit d'auteur

Partagez | 
 

 Ni patrie, ni frontière, ni nation, ni région

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faubert Patrice
Poète
Poète


Nombre de messages : 1044
Date d'inscription : 02/05/2013

MessageSujet: Ni patrie, ni frontière, ni nation, ni région   Dim 19 Nov - 17:24

" Sms de Tara et Fred , via séjour à Toulouse, " Occupation de l'ancienne école des beaux-arts de Nantes par de jeunes migrants isolés et autres gens à la rue, et en ce dimanche 19 novembre, plusieurs centaines de CRS qui avec la BAC sont prêts à intervenir, et déjà un MIE ou mineur isolé étranger qui a fait une crise d'épilepsie, et il est à l'hôpital aux urgences. La réquisition d'un local abandonné par la mairie se poursuit toujours... "

Tara et Fred

Deux milliards de personnes sont à ajouter
Cela devient du sexer uniquement pour procréer
Il faudrait s'arrêter un peu
Moins de monde sur la planète Terre, cela serait mieux
Il faut faire de la promotion
Pour l'avortement, pour la contraception
Et même surtout pour la stérilisation
Trompes et canaux déférents en ligaturation
Tout totalitarisme aimant la surpopulation
De la chair à profit, de la chair à canon
80 pour cent en 40 ans
De la population
Et de son augmentation
Un petit calcul tout à fait
Tout-à-fait autrefois, l'illogisme du français
Donc, petit calcul terrifiant
Avec tous nos modernes polluants
Comme l'érosion des sites archéologiques, qui va en s'accélérant
Aussi vite en 70 ans
Que ces derniers 4500 ans
L'espèce humaine est fichue
Turlututu chapeau pointu
Mais peut-être suis-je pessimiste et schlass
Quand sous ma plume, tout trépasse
Mais, nonobstant, hélas
Tout langage vraiment libertaire
Peut paraître de nos jours vernaculaire
Comme le mien si peu spectaculaire
Mais de la notoriété, je n'ai que faire
M'opposant à tout hiératisme
Mettant au pilori TOUT isme
Tout semblant changer faussement
Un peu, comme chaque époque, de vêtements !
Mais pourtant
Et à bien y réfléchir, finalement
Le pantalon date de plusieurs milliers d'années
Mais ne rivalisant pas avec toute monumentalité
De Malte à Carnac, c'est plus voyant
Qu'un simple vêtement, plus aguichant
Néanmoins
De toute une histoire, tout vêtement est le parlant
Du treizième siècle avec l'effacement de la poitrine
Aucun risque pour la pulsion de nourrisson, fantasme de tétine
Moi qui suis un incorrigible téteur
Cela n'aurait pas été mon heure
Bref
De la raideur et de l'immobilité
De la conception de la beauté
Femme en rigidité ou femme corsetée
Dix-huitième siècle, le nichon en valeur
Du bon lait pour les téteurs
Puis, la jambe apparaît
Robe jusqu'au sol comme un forfait
Pour en finir avec le corset
1926
Voilà la robe noire de Chanel
Un peu d'évasion pour les belles
De la simplicité, de la mobilité
Mais encore une fois
Pour qu'ainsi tout, n'y soit pas le même poids
Chaque régime politique
Avec sa mentalité spécifique
Du costume de l'esprit
De l'esprit du costume
Comme une coutume
Tout devant être dans une catégorie !
Et chaque époque blindée
Et chaque individu blindé
Habitudes, certitudes, préjugés
Comme la plus grande bataille de blindés
Juillet/Août 1943, Koursk, une bataille de chars
7600 blindes s'affrontant dare-dare
Des soldats nazis contre des soldats staliniens
Comme si la vie était un éternel combat, le refrain
Et moi, je pue des pieds
Prenant TOUT, frénétique du contre-pied
Brevibacterium colonisant mes chaussettes
Mes pieds, mes chaussures, comme c'est chouette
Fidèle amie, ô de la taquine petite bête
Avec une odeur spécifique
Il s'agit de l'acide isovalérianique
L'on peut le conjuguer avec l'odeur de certains fromages
Une odeur commune sans aucun vrai dommage
Et si les réacteurs nucléaires français
Comme nos pieds puaient
Qu'ils sont obsolètes, cela se sentirait
Et puis
Les grands nombres banalisent tout
Tant de ceci, tant de cela, c'est fou
700 millions de dyslexiques dans le monde
Certes, ma faconde n'est pas toujours féconde
Avec donc à chaque grand nombre, qui à un autre, est une fronde
Car, il y en a tant et tant
Que c'est hors tout entendement
80 millions de spécimens au musée de Londres
L'Histoire naturelle, notre imagination, fait fondre
98 pour cent des gènes humains sont non codants
Tout nous échappant, rien ne nous étonnant !
Par exemple aussi, la forêt française
72 pour cent de feuillus, 28 pour cent de résineux
Alors que la Terre fut une boule de glace et une boule de feu
Pourtant, sévit tout un mensonge technologique
De plus en plus, il prend ses aises
Ainsi, le TGV, train à grande vitesse
Sur un trajet, en moyenne, 155 km/heure, en vitesse
Ainsi, le train intercités, train à vitesse moyenne
Sur un trajet, en moyenne, 103 km/heure, en vitesse
Ainsi, le TER, train à petite vitesse
Sur un trajet, en moyenne, 83 km/heure, en vitesse
Alors que déjà, la voiture de 1910, De Dion-Bouton
Que conduisit feu l'anarchiste et fameux mécanicien
Roulait à plusieurs dizaines de km/heure, c'est pas rien
Il s'agit de ( 1876 - 1912 ) Jules Bonnot, apôtre de la révolution
Ce qui me fait penser à ma dernière manifestation
C'était à Paris, non à Nantes, cette fois, donc, le jeudi 16 novembre 2017
Alors que se meurt toute conversation
Difficile d'établir une communication
Même dans un lieu d'une prétendue contestation
Réclamant trois coups de fouet au lieu de cinq coups de fouet, ô désespération
Donnant mon numéro de mobile à un couple qui me parut sympathique
Paraissant en accord avec ma critique
Je peux toujours attendre, encore une illusion d'optique
Chacun et chacune devant rester dans son coin
Sinon l'on est un fou, une folle, une vilaine, un vilain
Donc, avec mon drapeau d'anarchie, tout en tête
Et à la fureur des staliniens de la CGT, pauvres bêtes
La CGT qui fut pourtant fondée par des anarchistes
Mais à force de démissionner, tout fut repris par les réformistes
Donc, comme au bon vieux temps
Rien qu'à nos têtes, quand les syndicats nous pourchassaient tout le temps
Alors qu'en manifestation, tout devrait être révolte en fête
Pour qu'enfin TOUT pète !

Patrice Faubert ( 2017 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ni patrie, ni frontière, ni nation, ni région
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Collection] Patrie (Rouff)
» Bouton "la Nation la Loi le Roi" - Volontaires de la Drôme
» Buste Gemini no Saga Tamashii Nation
» Offre limitée Pope tamashii nation 2008
» Plongée sur la rivière Petite-Nation – 8 Août 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poésie en ligne :: Vos poèmes-
Sauter vers: