Forum destiné à la publication de poèmes, afin de partager ensemble l'art poétique.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Attention : les textes publiés appartiennent à leurs auteurs, ils sont protégés par le droit d'auteur

Partagez | 
 

 Abolir l'économie

Aller en bas 
AuteurMessage
Faubert Patrice
Poète
Poète


Nombre de messages : 1247
Date d'inscription : 02/05/2013

MessageSujet: Abolir l'économie   Mar 18 Sep - 14:08

" Si toutes les filles du monde voulaient s'donner la main - Tout autour de la mer, elles pourraient faire une ronde - Si tous les gars du monde voulaient bien êtr' marins, ils f'raient avec leurs barques un joli pont sur l'onde - Alors on pourrait faire une ronde autour du monde, si tous les gens du monde voulaient s'donner la main. "

Paul Fort ( 1872 - 1960 ) poète

Aucun de mes textes, jamais
Ne me satisfait
Car et sans aucun regret
Sans séparation, ni bons, ni mauvais
Du mauvais bon, du bon mauvais
C'est comme si, ce droit, j'avais
Rien n'est donc fait exprès
Comme une déperdition d'énergie
Tout étant voué à la ténèbre infinie
De toute vie humaine, ô immense gâchis
Cela n'est même plus sa famille que l'on hait
Mais tout autre que soi que l'on hait
L'énergie de la haine
La haine de l'énergie
Que l'on peut comparer
Et ce, à 45 pour cent de l'énergie consommée
Ce en France, et pour se chauffer
Car dans les logements, la plupart à rénover
Il y en a 7,5 millions pas bien équipés
Et considérant l'électricité et sa cherté
Périr de froid chez soi, cela est bien caché
Ou alors, pour cela, tout son argent dépensé
Le manque d'argent est comme un esclavage
Trop chaud, trop froid, chez soi, des ravages
Nouveau code de l'esclavage
Plus subtil que pour les 12 millions
Femmes, hommes, enlevés dans leurs villages
15 pour cent de pertes, la traversée, autre carnage !
Esclavage traditionnel
Esclavage mutationnel
Et c'est sans compter
Au cours des razzias, 60 millions de personnes tuées
Peaux noires, bien sûr, surtout
L'Afrique
Mais il y eut aussi, pas moins tragique
Du monde entier, un peu de tout
Pour les esclaves noirs, moins de pitié
Mains et jambes coupées
Pour qui tentait de s'évader
Ou les cadences infernales non respectées
C'était hier
Aujourd'hui, le capital se veut plus fière
Le code de l'esclavage d'aujourd'hui
Migrants et migrantes qui meurent noyés
Pour après, pour les rescapés
Comme vrai espoir, se faire exploiter
Et tous nos monuments ne servent à rien
Se souvenir, je me souviens
Car tout recommence sans fin
Car tout se poursuit dans le crétin

" Les colères de Paris naissent dans le douzième arrondissement. On a beau se méfier des généralisations, quand on remarque que 1789, 1792, 1830 et 1848 sont sortis du faubourg Saint-Antoine, on est bien obligé de conclure que C'EST PLUS QUE DU HASARD ! "

Armand Lanoux ( Physiologie de Paris ) via " Troquets de Paris " de Jacques Yonnet

Je m'esbigne, trouvère
Brassant de l'air
Sans qu'aucune faconde
Ne devienne l'horoscope du monde
Une synthèse générique
De tous les profils psychologiques
Tout le monde, peut ainsi, s'y reconnaître
Et tout rationalisme, l'envoyer paître
Tout un charlatanisme
Indispensable à la fausse vie du capitalisme
Toutes sortes de béquilles
Des poupées russes qui s'enquillent !
Tout finit par nous influencer, cependant
Ainsi, chaque époque avec ses vêtements
Produit par la socioculture et l'environnement
Vêtement du rôle
Rôle du vêtement
Acteurs, actrices, comédiennes, comédiens
Le savent parfaitement bien
Nous sommes ce que nous portons
Nous sommes ce que nous pensons
Nous sommes ce que nous communiquons
Nous sommes ce que nous agissons
De tout cela, rien d'esbaudissant
Comme le plastique, ce cinquième continent
Pour trente mètres d'épaisseur dans les océans
Six fois la France, envergure, stop, plus qu'urgent
Chaque année, l'Europe, déversant
500.000 tonnes de plastique, c'est désespérant
Avec des centaines de milliers d'oiseaux
Tortues, phoques, dauphins, tout avalant
Et horreur, tout s'étouffant
De la nature profonde de la Terre
Ne peut-être, bien qu'amorale, et ancillaire
C'est tout un inéluctable
Artificiel ou naturel, comme ineffable
Du vêtement, donc, de l'industrie textile
Des produits chimiques
Des produits toxiques
Tout nous empoisonne, un même fil
Vêtements perturbateurs endocriniens
Abolir l'économie d'aliénation ou disparaître
Être ou avoir/paraître
Dernier challenge pour l'être humain !

Patrice Faubert ( 2018 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Abolir l'économie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les chiffres de l'économie du livre - mars 2011
» Un petit article d'un blog du Monde sur l'économie romaine
» [ASTUCE] Modes d'économie d'énergie & Recharge rapide
» [Aide] Devoir d'économie
» Économie domestique pour les femmes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poésie en ligne :: Vos poèmes-
Sauter vers: